L'oeil de l'éléphant

La pluie des mangues

16:33, 26/03/2011, Bangui .. 0 commentaires .. Lien
Mots clefs :

parce qu'il y a des curiosités qui valent la peine d'être racontées


Décembre et janvier marquent le début de la saison sèche. Comme son nom l'indique il arrête de pleuvoir et l'air devient plus sec, la sensation de chaleur est alors moins importante. Ce sont des mois agréables à vivre même si le manque d'eau se fait quand même sentir. Depuis la fin du mois de janvier la saison sèche continue mais en étant quand même plus arrosée. Une à deux pluies par semaine, voilà un peu ce qui se passe. Cela continue ainsi jusqu'au milieu du mois de mars où il se passe un truc de dingue.


Et cela s'est produit la semaine dernière, dimanche passé pour être plus précis. J'étais couché car c'était encore le petit matin et il s'est mis à pleuvoir. Oh rien de bien méchant, rien d'inhabituel non plus. Comme ce début de journée était un peu frais (oui oui), je me suis enroulé dans mon drap pour essayer de reprendre ma nuit là où je l'avais laissée. Cela fut bien impossible car la pluie s'est faite de plus en plus forte et le bruit sur mon toit en tôle fut rapidement assourdissant. Je suis donc sorti de mon lit pour aller observer un peu cette pluie. Cette pluie a un nom particulier, c'est « la pluie des mangues », elle a toujours lieu à cette période de l'année et a un caractère différent des autres. Cette pluie intervient toujours après plusieurs semaines de sécheresse. Elle vient laver toute la poussière de latérite qui s'est déposée pendant ces longs mois, elle apporte également une dernière fraicheur aux mangues et leur permet de murir un dernier coup. La pluie a duré toute la matinée, ce qui est assez rare ici. La fraicheur, voire la froideur, s'est prolongée jusqu'au lendemain et ça nous a fait le plus grand bien. Imaginez donc... entre 20 et 25 degrés pendant 48 heures... un vrai mois de mars.


Dès le début de la semaine, les rues de Bangui ont été parcourues de nombreuses personnes qui, perche à la main, se baladaient à la recherche des mangues les plus mûres. Il faut les voir avec des bâtons de plus de quatre mètres de longs parfois, essayer de détacher les mangues de leur fine branche. Il faut être extrêmement agile car ces perches ont à leur extrémité des petits paniers qui servent à recueillir la mangue une fois décrochée. Oui forcément, si la mangue tombe de quatre mètres elle sera difficilement vendable. Ce petit manège dure depuis deux semaines et va donc continuer encore un peu. Ces mangues là sont les meilleures, bien fraîches...

Et pour la petite histoire, il faut bien faire attention lorsque l'on marche dans la rue car il arrive souvent que les mangues décident d'elles-mêmes de se décrocher et là gare à ne pas être en dessous. Il nous est tous arrivé de voir une mangue tomber à un mètre juste devant nous... et ça... c'est bien la preuve qu'il existe un bon Dieu. Une belle mangue fait quand même plusieurs centaines de grammes.


 


Ajouter un commentaire

{ Page précédente } { Page 38 sur 83 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles


Sites favoris


Amis




Flux RSS.