L'oeil de l'éléphant

Le pourpre des profondeurs

14:24, 5/02/2012, Byumba .. 1 commentaires .. Lien
Mots clefs :

Première mission en extérieur cette semaine. Nous partons en reconnaissance à Byumba. Nous c'est Vénuste, un collègue d'une cinquantaine d'années et moi. Byumba se situe juste à une soixantaine de kilomètres de Kigali mais 800 mètres d'altitude plus haut.

La route est très agréable, sans soucis majeur nous étrennons le nouveau véhicule du travail et malgré l'absence de poste radio, nous discutons de tout et de rien. Nous apprenons à nous connaître. Comme lui a déjà fait le trajet plus d'une fois il en profite pour jouer au guide touristique et à me montrer les hauts-lieux rwandais qui peuplent la route.

La mission se passe bien et le lendemain nous reprenons la route pour rentrer sur Kigali. Cette fois je propose à Vénuste que l'on écoute de la musique grâce à mon ordinateur portable. Pendant que l'ordinateur démarre, Vénuste me demande alors ce que j'ai dedans, comme il y a pas mal de musique je lui propose de fouiller dedans et qu'il choisisse ce qui lui plaît. C'est alors qu'il me demande si j'ai du AC/DC. Etant très surpris par sa question, je bafouille que non, je ne suis pas très fan du groupe mais que s'il aime bien le genre et l'époque, il devrait pouvoir trouver son bonheur. Et là... nous avons passé le voyage à parler de tous ces groupes mythiques.

Le paysage a défilé au son de Pink Floyd, Supertramp, Led Zeppelin, des Rolling Stones, des Beatles, de Millie Jackson et de Nath King Cole. Ma plus forte impression a été l'écoute de Child in Time de Deep Purple. Les 10 minutes de la guitare électrique dans les oreilles, les collines vertigineuses du nord du Rwanda, l'air chaud de la saison sèche sur mon visage et le soleil direct des matins d'Afrique sur la peau... c'était enivrant et déroutant en même temps.

Nous avons été tous les deux surpris de se trouver de tels points communs, moi trop jeune pour lui, lui trop africain pour moi. Nous avons justement parlé de ces différences, ma jeunesse étant compensée par les nombreux vinyles de mon père qui tournaient si souvent à la maison, pour lui, la plus grande partie de sa vie passée à Bujumbura. Il m'a expliqué que la capitale du Burundi est plus ouverte à ces musiques occidentales que sa sœur du Rwanda ou que ses cousines d'Afrique de l'Ouest. A l'époque ces musiques passaient à la radio et dans les soirées comme c'était le cas dans les pays européens.

Donc merci à Vénuste pour ce beau moment passé en ta compagnie sur les routes du Rwanda. Nous en aurons d'autres et c'est tant mieux.


Ajouter un commentaire

Commentaire sans titre

06:09, 21/02/2012 .. Publié par Une personne anonyme
Ah, le "Child in Time"...

Ce n'est pas que tous les quinquas (et plus) aiment cette musique mais c'est ce que nous entendions, un peu à la radio et beaucoup entre nous.

Après, c'est juste une question d'écart de génération pour que les uns et les autres partagent des références communes
Comme quoi, il suffit de pas grand chose pour que des liens se tissent.

{ Page précédente } { Page 24 sur 83 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles


Sites favoris


Amis




Flux RSS.