L'oeil de l'éléphant

Save me

10:12, 23/11/2012, Karongi .. 3 commentaires .. Lien
Mots clefs :

NOTRE PERE

C'est donc au tout petit matin que nous sortons de notre torpeur pour nous diriger vers la grand' rue de Karengera. Là nous apercevons le bus qui attend le réveil du chauffeur et 6h pour partir. Nous nous installons à l'avant pour être sur de bien profiter du paysage et à 6h30, le car s'ébroue. Les premiers kilomètres se passent bien, heureux que nous sommes de ne pas faire à pied chacun des tours de roues. Les cahots du chemin ne sont pas trop confortables pour nos muscles déjà endoloris mais nous attendons patiemment d'arriver à destination. Les paysages sont très beaux, vraiment nous sommes gâtés, mais pour mieux les observer le car monte, monte et monte encore. Tant est si bien que mon voisin m'apprend que la portion de route que nous empruntons est surnommée « notre père qui est aux cieux ». Nous nous posons alors la question de savoir si cela est une référence au sens propre, ou au sens figuré. Car cette route monte en effet mais elle est aussi au bord d'un ravin et elle semble plutôt périlleuse. A chacun son interprétation.

 

LE BOUT DE LA ROUTE

C'est après quatre heures de cahots ininterrompus que nous arrivons en vue de Kibuye. Là, à quelques kilomètres du centre-ville nous prenons un nouveau bus, direction Kigali. Dans notre descente sur la ville le bus roule vite, très vite même. Si bien qu'à un moment un motard qui venait en sens inverse est obligé de faire un écart pour l'éviter. On ne sait pas ce qui lui est arrivé mais un peu plus tard, en contrebas, nous avons aperçus un regroupement de gens qui regardait au loin. Que regardaient-ils ? L'endroit exacte où nous avions croisé le motard, d'autres accouraient. Je crains qu'il lui soit arrivé quelque chose. Mais nous ne le saurons pas. Ce qui me choque le plus dans cette histoire c'est que le chauffeur n'a même pas eu l'air de remarquer ce qu'il s'est passé. C'est sur ces pensées que nous sommes rentrés à Kigali pour trois nouvelles heures de route, mais de route goudronnée plus agréable.

 

Finalement notre aventure aura duré un peu plus d'une cinquantaine d'heures, ce n'est pas si mal. Nous en gardons un excellent souvenir et beaucoup de rigolades, peut être nerveuses. Nous ne savons pas si nous repartirons ensemble de si tôt mais ce que nous savons c'est que l'on préparera peut être un peu plus notre prochaine expédition.

 

Ps : avez-vous fait attention aux titres des ces articles ? IL y a une logique, quelqu'un l'a trouvé ?



Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles


Sites favoris


Amis




Flux RSS.