L'oeil de l'éléphant

Le parc de la Pendjari

20:39, 3/04/2011, Pendjari game park .. 0 commentaires .. Lien
Mots clefs :

Après avoir visité le tata du marabout, nous savons repris la route direction le parc de la Pendjari. En allant toujours plus au nord les paysages se font toujours arides, la route file, droite, sans rien pour la dévier. La relative monotonie de l'horizon est ponctuellement brisée par de petites curiosités (enfin pour moi). A la sortie d'un village tous les arbres étaient penchés, façon « plat pays ». Les herbes sont sèches et jaunis par le soleil, les rares arbres que l'on voit sont éparpillés et squelettiques, leur profil inquiétant tranchent dans l'horizon. Le ciel est lourd et gris, ainsi sur la route cela invite à l'introspection. Nous roulons à vive allure sur la piste en bon état, il fait très chaud dehors mais l'air de la vitesse est suffisant pour nous tempérer. Les villageois s'écartent de la route car ils nous voient et nous entendent de loin, cela n'incitent pas le chauffeur à ralentir, on ne l'y invite pas non plus car nous avons hâte d'arriver. Une heure de route pour aller jusqu'au parc, puis nous avons continué à rouler deux heures dans le parc avant que notre chauffeur nous annonce qu'à partir de maintenant nous verrons des animaux. Lesquels ? Comment ? Quand ? Je ne sais pas grand chose mais j'ai les yeux grands ouverts... C'était donc partie pour près de 24 heures d'éblouissement.


Le premier animal qui a été vu est un oiseau, un « grand kaloé », je ne vais pas tenter de description, la photo sera plus parlante. Mais quoi qu'il en soit c'est un très grand volatile de plusieurs dizaines de centimètres de haut, un peu pataud lorsqu'il s'envole. En le suivant nous avons rencontrés des Cobes de buffon, ce sont des antilopes de petite taille à la fourrure brune-orangée. Ce n'est pas la peine de parler de tous les animaux rencontrés puisqu'il y en a eu vraiment beaucoup, les photos parleront d'elles mêmes.

Sur l'ensemble du séjour au parc de la Pendjari je n'ai qu'un seul regret. L'idée nous est venu bien tard de sortir de l'habitacle du 4x4 pour s'installer sur le toit. A partir du moment où nous avons fait ça nous avons pu pleinement profiter du paysage, des animaux, du soleil,... C'est fou comme on est coupé du monde lorsque l'on est dans la voiture, les vitres ne suffisent pas à observer en totalité le magnifique spectacle qui s'offrait à nous. La présence sur le toit nous a permis de profiter pleinement des éléphants. Je suis fasciné par cet animal, je crois que c'est moi animal totem, mon préféré. A chaque fois que j'ai eu affaire à lui il m'a complètement subjugué que ce soit en Thaïlande, à Bayanga en RCA ou à la Pendjari. Cet animal dégage une puissance, une force mais en même temps il semble si serein, si calme, c'est très impressionnant.

Le soleil déclinait, nous avions vu beaucoup d'animaux et la journée dans la voiture nous avait bien fatigués, nous rêvions de douche et de bières. Sur le chemin du retour vers le campement (ça fait bien de dire ça mais en fait il s'agit d'un hôtel avec tout le confort en plein milieu du parc, à quelques mètres des animaux), nous étions sur le toit de la voiture et là, dans le soleil couchant nous avons vu une famille d'éléphants. Ça faisait un moment que les traces, plutôt fraîches, nous indiquaient que nous étions sur leur territoire. Et là nous avons pu les observer tranquillement, c'est un instant magique comme il y en a peu. Le fait d'être dans la voiture nous rappelle que nous sommes des intrus, le fait d'être dessus permet de se détacher un peu de ce rôle et nous n'étions plus des curieux, nous étions simplement des observateurs. C'était exceptionnel...

Nous avons recroisés des éléphants dès le lendemain au départ du camp. Le soleil n'était pas encore tout à fait levé et il faisait très frais. L'air froid me faisait drôlement frissonné mais je tenais bon sur le toit, accroché aux arceaux du 4x4 je tenais à profiter à fond de ce moment et là.... sur la droite de la piste, un peu caché dans les arbres ils sont encore apparus. Une famille de nouveau, quelques membres restreints, ils démarraient leur journée en mangeant les feuilles d'un arbre, ils faisaient un boucan d'enfer dans le calme de la journée naissante, c'était un régal de les observer.

Nous sommes restés un peu là et avons repris notre promenade, notre objectif pour ce matin était un mammifère tout autre. Nous savions qu'il serait quasiment impossible de voir des léopards mais nous de désespérions pas de rencontrer des lions. Nous roulions donc et avons aperçu un autre véhicule qui lui était arrêté, ses occupants étaient debout sur le toit avec des jumelles, un autre véhicule est arrivé derrière nous et là... la rumeur a enflé d'un seul coup... il y a des lions. Ce fut le silence... nous étions en dehors du véhicule et même si l'animal ne devrait pas nous attaquer, la pensée m'a quand même traversée l'esprit et je n'étais pas forcément super rassuré. Il n'empêche que nous avons passé un long moment à observer des herbes dans l'espoir de voir enfin le fauve. Plusieurs minutes à scruter le moindre mouvement de feuilles, de branches, les oreilles grandes ouvertes à l'affut d'un bruit. Et quand le temps commençait à être un peu long, Samuel qui lui aussi commençait à s'impatienter s'est mis à regarder nonchalamment ailleurs et là il l'a vue. Une lionne magnifique qui était au beau milieu de la route et qui guettait sa proie. Cette rencontre fut elle aussi exceptionnelle, la lionne avait pris en chasse une antilope qui passait tranquillement. Nous avons longuement assisté à la scène dans l'espoir de voir la poursuite et le repas mais notre présence à quelque peu déranger la chasseuse et avons finis par partir pour ne pas l'importuner plus longtemps. En tout cas elle se tapissait dans les hautes herbes et je comprends que les cibles se fassent avoir car pendant un long moment nous ne savions plus où elle était. La lionne avançait tout doucement et elle était complètement ramassée sur elle-même, je me demande même comment elle faisait pour voir où était sa proie.

Après ces folles aventures de chasseurs d'images nous avons pris la piste du retour, vers la sortie du parc. Ces 24 heures ont été fabuleuses, au cœur de l'habitat des animaux et je conseille à tous de s'installer sur les toits des véhicules quand ils le peuvent... c'est juste... ENÔÔÔÔRME !!


ps : j'ai créé un album pour les animaux du parc de la Pendjari (là à droite), les photos sont de très faible qualité pour permettre de les charger.



Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles


Sites favoris


Amis




Flux RSS.