L'oeil de l'éléphant

Vice versa

17:45, 24/02/2013, Seynod .. 4 commentaires .. Lien
Mots clefs :

 

J'ai un problème ! Un pas un grave mais qui est handicapant malgré tout et je ne sais pas vraiment d'où cela vient : je fais des fautes d'orthographes, et des vraiment moches ! Les lecteurs assidus du blog se sont déjà aperçu que je ne l'étais pas à ce niveau là.

C'est bizarre justement de faire autant de fautes d'orthographe. Dans l'absolu, je suis un grand lecteur depuis ma plus tendre enfance, j'ai suivi l'école assez longtemps pour que l'on puisse dire de moi que je ne suis pas analphabète. Les règles d'orthographe et de grammaire je les connais dans leur majorité et quand je lis un texte avec des fautes d'orthographe je les remarque et je trouve que cela dommage, ça décrédibilise les propos. Et malgré tout ça je fais des fautes hallucinantes !

 

L'autre jour sur Facebook je me suis relu et ai vu cette horreur : « CETTE ARTICLE »... je crois que ça se passe de commentaire. Je le sais et pourtant je ne comprends même pas comment mes doigts aient pu taper cela. Mes professeurs ont parlé de fautes d'inattention, pour sur ! Je plaide coupable, largement coupable à ce niveau là. Mais ce que je ne comprends pas c'est que je me relis, oui vraiment ! Outre le fait que je trouve cela chiant comme la pluie, j'essaye de m'y tenir. Ça n'a pas toujours été le cas, nombreuses parmi mes copies ont été rendues sans relecture.

 

Je suis à la recherche de moyens mnémotechniques (celui là, je savais déjà comment il s'écrivait) afin de ne plus oublier ces règles et je regrette de ne pas avoir été plus attentif à l'école. Je trouve que c'est difficile de s'intéresser à ces leçons quand on a qu'une dizaine d'années. Je me souviens avec horreur des leçons de grammaire, le livre hideux et les textes qui faisaient peur. Et pourtant je me souviens d'avoir étudié un passage du Seigneur des anneaux. C'était un cours sur les champs lexicaux et les adjectifs. Gimli (le Nain) faisait visiter une merveille d'architecture bâtit par son peuple, à son ami Legolas (l'Elfe). La description y était dense et riche et pourtant, la seule chose dont je me souviens de cette leçon, est la magnifique illustration d'Alan Lee qui accompagnait ce texte, même pas du sujet du cours. Je ne parviens pas à l'expliquer, inattention, immaturité,... Je ne sais pas, probablement les deux.

photo en première page de google image quand on tape collège le semnoz

Si vous tapez "collège le semnoz" sur google image, vous verrez cela sur la première page, saurez-vous me retrouver ?

 

Il y a aussi une personne à laquelle je ne peux m'empêcher de penser, c'est au professeur. J'ai eu le même professeur de français au Collège pendant 3 années, 3 sur 4 ! C'était beaucoup surtout que sans être un mauvais prof il n'était pas du tout bon pédagogue. Je me rappelle de ma rentrée en 6ème, c'était sa première année au collège à lui aussi. Il nous avait sorti un magnifique « moi, j'ai été professeur en université et je n'ai jamais eu d'élèves aussi jeunes et ça ne m'intéresse pas ». Je me souviens de ce discours, extrêmement décourageant pour un élève et pourtant, je sais qu'aujourd'hui encore il enseigne toujours dans ce même collège, et cela va faire 20 ans ! J'espère de tout mon cœur qu'il a changé son approche.

 

Par contre, là où je lui en veux vraiment, c'est qu'un jour, en 5ème ; ma façon d'écrire ne lui convenait pas. A cette époque j'étais plutôt fort en maths avec plus de 15 de moyenne, alors que j'avais aux alentours de 11-12 en français. Il m'avait alors annoncé que je ne serai jamais capable d'aligner correctement trois mots par écrit et que je ne serai jamais un littéraire... Comment peut-on oser dire un truc pareil à un gamin qui, sans être bon, est loin d'être mauvais ? Je me souviens encore de ses paroles parce que j'avais fini par les faire miennes, je n'étais pas un littéraire et n'en serai jamais un. Il valait mieux que je me consacre aux maths (ce qui est complètement con car cela revient à dire que les matheux ne savent pas parler ou écrire correctement). J'étais mauvais en français, c'était normal, j'ai donc arrêté de réviser activement cette matière puisque de toute façon je n'étais pas fait pour ça.

 

Comme il s'est trompé ! Comme il m'a trompé ! Mettre un gosse influençable dans une case !, dès l'âge de 12 ans ! Les cours de français occupaient 5 heures dans l'emploi du temps, chaque semaine 5 heures c'est long. Le français est trop important et à cet âge là, les années sont longues... interminables... Je me souviens du calvaire d'aller en cours, déjà que l'adolescence n'est pas la meilleure partie de la vie (pour moi, de loin la pire) si en plus on ne peut compter sur les adultes dits « référents », le quotidien peut vite virer au supplice.

 

Au final il n'a peut être pas tellement influé sur ma trajectoire de vie, j'ai réussi correctement un Bac Eco, plus honorablement ma licence d'Histoire (matière littéraire manifestement) et brillamment mon Master 2 (mention bien), toujours en Histoire. Les commentaires positifs du jury ont été : « nous avons beaucoup aimé votre façon d'écrire votre mémoire, c'était rafraîchissant au milieu des autres ». Avec un commentaire comme celui là, ma première pensée est malheureusement allé vers ce professeur de français. Mais oui, finalement il avait tort, à 24 ans j'avais tué le « père » et m'étais émancipé de cette phrase prononcée plus de 10 ans plus tôt : « tu ne seras jamais un littéraire »...

 

Mais si je fais des fautes d'orthographe ce n'est pas de sa faute, ça c'est sur.

 

 

Ps : ce matin dans un article (c'est ce qui m'a inspiré l'article en fait) j'ai lu ces mots : « vice versa ». Vous saviez vous que ça ne s'écrivait pas : vice ET versa ?



Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles


Sites favoris


Amis




Flux RSS.